Vendredi le 21 février 2020, BTS a sorti son nouvel album – Map of the Soul: 7. On n’était pas sûr du titre jusqu’au dernier moment: ego, shadow ou encore un autre terme ? Vu la catégorie psychologique jungienne de la persona, introduite dans Map of the Soul: Persona, l’album précédent sorti en avril 2019, mais aussi les signes visibles durant leur MMA performance 2019 (on voit bien « persona », « shadow » et « ego » écrits en majuscule sur le tableau scolaire ; avec en plus, la question « Who am I ? » [« Qui suis-je ? »]) réécrite plusieurs fois sur le mur), on imaginait que le titre suivant pourrait respecter la même règle. Au final, les fans ont été surpris.

Pourquoi 7 ? Parce qu’il sont sept dans le groupe : Jin (진 ; Kim Seok-jin, 김석진), Suga (슈가 ; Min Yoon-gi, 민윤기), J-Hope (제이홉 ; Jung Ho-seok, 정호석), RM (Kim Nam-joon, 김남준), Jimin (지민 ; Park Ji-min, 박지민), V (뷔 ; Kim Tae-hyung, 김태형), Jungkook (정국 ; Jeon Jung-kook, 전정국). On dirait que ce chiffre souligne également leur nouveau succès collectif.

ill. 1. L’album Map of the Soul: 7
MMA performance 2019 par BTS

Le contenu et la philosophie

L’album contient vingt chansons parmi lesquelles trois font directement référence à la philosophie et psychologie de Carl Gustav Jung (1875-1961): Intro: Persona, Interlude: Shadow et Outro: Ego. Leurs titres contiennent trois catégories importantes dans la pensée jungienne, c’est-à-dire la persona, l’ombre (shadow) et l’ego. À rappeler que « Jung définit la persona à la base comme un complexe fonctionnel. Elle implique l’adaptation aux facteurs externes ce qui entraîne la création d’une sorte de “masque social”. S’identifier avec la persona, c’est s’identifier avec un certain rôle social. Par conséquent, on peut dire qu’elle fonctionne comme un substitut de la vraie personnalité. » [1] Ensuite, l’ombre est une sphère de la conscience où l’individu garde tous les éléments repoussés, par exemple des frustrations ou des peurs variées. En fait, l’ombre fonctionne comme une partie décrochée de la conscience, autrement dit l’ego. À noter qu’Albert Camus touche la même problématique dans Le Mythe de Sisyphe.

Les paroles des chansons donnent une image du monde des jeunes Sud-Coréens où la tension entre l’individu et le collectif s’exprime de façon dramatique : on ressent le cri interne d’un ego qui questionne sa propre identité. Cette tension est clairement un thème principal de ces trois pièces.Intro: Persona. Au début, le sujet se pose une question existentielle fondamentale : qui suis-je ? Il commence à réfléchir sur lui-même, pas sur les autres

나는 내 인생을 모두 요구해왔다
« Qui suis-je » est la question que je me suis posée toute ma vie,

어쩌면 평생 동안 내 문제에 대한 해결책을 찾을 수 없습니다
La question à laquelle je ne trouverai probablement jamais de réponse.[2]

Après, il y a l’ombre qui est identifiée avec l’hésitation. Il semble que le sujet lui adonné un nom pour l’assujettir car symboliquement nommer quelqu’un ou quelque chose, c’est soumettre cette personne ou cette chose. L’ombre ne veut ni partir ni disparaître quand même :

내 그림자, 나는 주저한다
Mon ombre, je l’ai écrite et nommée « hésitation ».

나는 그를 주저하게되었다
Elle a cessé d’hésiter après avoir reçu ce nom.

주목 받고있는 사람들이 자주 등장합니다
Elle ne cesse d’apparaître derrière la scène et sous les lumières.

뜨거운 태양 아래에서 안개가 나를 쳐다보고있다
Et de m’adresser des regards noirs, ardents comme une vague de chaleur

A de certains moments advient une sorte de confession. Le sujet reconnaît ses fautes, ses faiblesses qui viennent de son immaturité et impulsivité :

때때로 이러한 말도 안되는 소리
Parfois tous les sons semblent des put*in d’absurdités

당신은 또한 당신이 술에 취해있을 때 작성된 것들이 충분히 순진하다는 것을 알고 있습니다
Tu sais ce qui sort de toi quand t’es saoul, de l’immaturité

Ensuite, on retrouve les phrases possiblement entendues par le sujet. Il les reprend ironiquement en répétant une expression « quelqu’un comme moi n’est pas assez bon pour… ». Dans la société sud-coréenne, ce genre de critiques ou de remarques a pour but de reprocher, mais aussi potentiellement demotiver une jeune personne à monter dans l’échelle sociale, ce qui anoblit toute la famille dans le même temps. Dans les paroles, cette ancienne valeur confucéenne est questionnée.

어떤 종류의 음악에 대해 이야기하니
Quelqu’un comme moi n’est pas assez bon pour la musique

어떤 종류의 춤을 추는가
Quelqu’un comme moi n’est pas assez bon pour la vérité

당신은 기대할 가치가 없습니다
Quelqu’un comme moi n’est pas assez bon pour rassembler

왜 너는 일종의 사람이되는거야
Quelqu’un comme moi n’est pas assez bon pour inspirer (…)

Ultérieurement, la question du début est reposée mais d’une façon plus vulgaire :

So I’m asking once again yeah
Alors encore une fois je me demande

Who the hell am I?
« Qui suis-je p*tain ? » (…)

A de certains moments, le sujet dévoile son identité (RM) et souligne directement le « soi ». Il parle de la carte de son âme, l’ensemble des images et perspectives du monde et de l’univers qu’il garde dans sa conscience : 

My name is « R »

Oui mon nom est R(M)

나는 사람들이 나에 대해 아는 것을 기억한다

C’est le « moi » dont je me souviens et que les gens connaissent

나는 내 자신을 표현하기 위해 창조했다

Le « moi » que j’ai créé pour m’exprimer

그래, 아마 나는 숨어 있었을거야

Oui peut-être que je me suis déçu

어쩌면 대중을 괴롭 히곤했을지도 몰라

Peut-être que je me suis menti,

그러나 나는 부끄러워하지 않습니다. 이것은 내 영혼의지도입니다

Mais je n’en éprouve plus de honte, car c’est la cartographie de l’âme

Enfin, le sujet se désigne comme « cher soi-même » ce qui exprime sa subjectivité de plus en plus puissante et indépendante. Il parle du « soi qu’il a créé » :

Dear myself,
Cher moi-même,

절대 온도를 떨어 뜨려서는 안됩니다
Tu ne dois jamais perdre ton sang-froid (…)
J’ai choisi la direction que je souhaite suivre :

나는 나와 함께 있고 싶어 나를 열망하는 사람들
Le « moi » que je souhaite être.

나는 너를 사랑해
Le « moi » que les gens veulent que je sois.

그리고 내가 만든 건
Le « moi » que vous aimez, et le « moi » que je crée.

나에게 웃으면 서 때때로 울음
Le « moi » qui sourit, le « moi » qui parfois est en larmes.
(…)

PERSONA
PERSONA
(…)

Map of the Soul 7 Shadow

Map of the Soul 7

Interlude: Shadow. La pièce commence avec « une liste des vœux ». Le sujet dit qui il veut être ce qu’il veut faire dans sa vie :

I wanna be a rap star
Je veux être une star du rap

I wanna be the top
Je veux être au sommet

I wanna be a rockstar
Je veux être une rockstar

I want it all mine
Je veux que tout m’appartienne

I wanna be rich
Je veux être riche

I wanna be the king
Je veux être le roi

I wanna go win
Je veux aller gagner

I wanna be…
Je veux être…(…)

L’ombre apparaît de nouveau, elle s’agrandit même et ne cesse depoursuivre sa victime :

Yeah, hmm, 발밑에 그림자
Ouais hmm, cette ombre à mes pieds

고개 숙여보니 더 커지잖아
Regarde, elle est devenue encore plus grande

도망쳐봤자 날 따라오는
Je cours mais l’ombre me poursuit

저 빛과 비례하는 내 그림자
Aussi sombre que la lumière est intense

Ensuite, on rencontre les peurs du sujet, surtout celle de la responsabilité de la vie adulte. Il y a une métaphore aérienne – personne n’a pas expliqué comment voler et dans quelle direction :

두려워, 높이 나는 게 난 무섭지
J’ai peur, voler aussi haut est terrifiant

아무도 말 안 해줬잖아
Personne ne m’avait dit

여기가 얼마나 외로운지 말야
A quel point on se sent seul là-haut

나의 도약은 추락이 될 수 있단 걸
Je peux m’élever dans l’air, mais aussi chuter

이제 알겠어, 때론 도망이 차선이란 걸, pause
Maintenant je sais que m’enfuir pourrait aussi être une option, pause
(…)

저 위로 위로, 또 위로
Là-haut, haut, encore plus haut, plus haut

위로만 가다 보니 여긴 어디로
Je continue de monter plus haut et le vertige m’envahit

또 위로 위로만 가는 싫어 난
Je m’élève, je m’élève… Je déteste ça

무사하길 빌어 빌어
Je prie, prie, j’espère que ça ira

Tout à coup, l’ombre revient pour perturber un jeune voyageur existentiel. L’ombre sort quand on ne l’attend pas, il est complètement imprévisible. Puis, deux parties de la conscience se disputent :

나의 바람대로 높게 날고 있는 순간
Au moment où je vole aussi haut que je l’espérais

저 내려쬐는 빛에 더 커진 그림자
Mon ombre s’allonge dans cette lumière éblouissante

Please don’t let me shine
S’il te plaît, ne me laisse pas briller

Don’t let me down
Ne me laisse pas tomber

Don’t let me fly
Ne me laisse pas voler
(…)

Finalement, l’ombre et la conscience (l’ego de la chanson suivante) doivent reconnaître leur unité – elles sont un corps ! Assujettir l’ombre, c’est accepter sa présence paradoxalement :

그래 나는 너고 너는 나야, 이젠 알겠니
Ouais je suis toi, tu es moi, le sais-tu ?

그래 너는 나고 나는 너야, 이젠 알겠지
Ouais tu es moi, je suis toi, maintenant tu sais

우린 한 몸인 것도, 때론 부딪치겠지
Nous sommes un corps, parfois nous serons en conflit

너는 절대 나를 떼어낼 수 없어, 알겠지
Tu ne pourras jamais me briser, quoi que tu fasses

떼어낼 수 없어 니가 뭐를 하던지 yeah yeah
Tu ne pourras pas me briser, quoi que tu fasses ouais ouais

인정하는 게 더 편안하겠지
Ce sera plus simple si tu l’admets aussi

성공 거부 실패, 어디 있던지
Le succès ou l’échec, peu importe

도망칠 수 없어 어딜 가던지
Tu ne peux pas t’échapper, où que tu ailles [3]

Outro: Ego. L’ego se trouve au premier plan. Le sujet se souvient « Soi d’autrefois », de son ego de l’époque. Retrouver son ancienne identité, c’est descendre aux profondeurs de son propre esprit et son âme :

(…)
매일 돌아가 본다고 그때의 나로
포기를 선택한 삶으로 날 놓아본다고
But 세상에는 있지 변하지 않는 몆 진실
시간은 앞으로 흐른다는 것
만약은 없단 걸

Je retourne chaque jour au Moi d’autrefois
Je me replace dans la vie où je choisissais d’abandonner
Mais dans ce monde il y a des vérités intangibles
Que le temps file toujours de l’avant
Qu’il n’y a pas de si

Les souvenirs difficiles semblent être des fantômes de la mémoire. Le résultat c’est quele sujet se renferme avec ses inquiétudes et d’autres peurs :

까마득해질 만하면
생각나 그 시절
악마의 손길과 운명의 recall
궁금해 아직도 왜 다시 불렀는지도
매일 ask me, guess it, 채찍, repeat oh
변할 건 없다며 결국 또
걱정을 억지로 잠궈, close
‘How much love? How much joy?’
위안을 주며 stay calm, alone

Quand ils semblent lointains
Les souvenirs de cette époque reviennent en masse
Le toucher du diable, une réminiscence du destin
Je me demande encore pourquoi ils m’ont attiré à nouveau
Tous les jours me demander, deviner, tout donner, répéter oh
Je me dis que rien ne changera
Alors j’enferme mes inquiétudes à nouveau, je ferme
« Combien d’amour, combien de joie ? »
M’apaiser et rester calme, seul
(…)

Mais il faut avoir confiance en soi. Dans ce cas particulier, l’ego n’est plus un synonyme de l’égoïsme mais de la libération individuelle :

그 길로, 길로, 길로
Wherever my way
오직 Ego Ego Ego
Just trust myself

Cette voie, voie, voie
Où qu’elle me mène
Seulement Ego Ego Ego
Seulement croire en moi
(…)

La carte de l’âme devient la carte de tout – voilà, c’est la perspective de cet ego. Enfin, le sujet s’accepte soi-même :

Map of the Soul
Map of the All
That’s my Ego
That’s my Ego

Cartographie de l’âme
Cartographie de Tout
C’est mon Ego
C’est mon Ego
(…)
[4]

Quel message derrière?

Les trois chansons dessinent toute la structure d’album. Elles marquent le début, le milieu et la fin comme dans une œuvre littéraire, une pièce de musique ou de théâtre classiquey compris l’usage du terme interlude. Il est intéressant aussi que le titre Outre: Ego ferme le disque, comme si les artistes voulaient suggérer qu’ils avaient abandonné leur persona, un masque social, pour arriver enfin à leur vrai ego à travers de l’ombre.

Vous nous lisez peut-être depuis quelque temps ou vous venez tout juste d’arriver sur notre site et le contenu vous plaît ? Aidez-nous à continuer.

Bibliographie et webographie

Les illustrations

ill. liminaire : BTS et le logo de leur nouvel album au fond, 28.02.2020

ill. 1. L’album Map of the Soul: 7 , 28.02.2020

Laisser un commentaire