Il y a plusieurs jours, la Corée du Sud a célébré une fête nationale importante : le Jour de la Constitution (제헌절 Jeheonjeol). Le 17 juillet 1948, elle a en effet été proclamée République de Corée, juste après sa séparation avec la Corée du Nord.

L’histoire

En août 1945 la défaite du Japon à l’issue de la Seconde Guerre mondiale fut manifeste.
Les Japonais en retraite voulurent conserver certains profits en Corée et par conséquent ils négocièrent avec des hommes politiques coréens aux idées conformistes. Ensuite, les partisans de gauche, soutenus par le peuple, proclamèrent la République populaire de Corée (Joseon inmin gonghwaguk 조선인민공화국) un mois plus tard. Le nouvel État introduisit entre autres, la nationalisation des secteurs industriels les plus importants, la journée de huit heures de travail, l’interdiction du travail des mineurs, le droit de vote pour les femmes, la liberté d’expression, de culte et d’association.

Malgré le programme de réformes, au fil du temps la pression soviétique devint trop forte pour les activistes d’idées plus modérées ou de droite. En plus, les Américains qui occupaient toujours le sud de la péninsule, n’acceptèrent pas la proclamation de la République du Nord. L’ancienne Corée, unique, fut brisée par le conflit politique externe.

Aujourd’hui

Jeheonjeol est une fête nationale depuis 1949. Le président procède avec d’autres membres du gouvernement à la cérémonie commémorative durant laquelle les symboles nationaux sud-coréens sont présentés. C’est le Jour de la Constitution.

Les illustrations :
ill. 1.
ill. 2. Deux Corées : l’histoire de la séparation d’un seul coup d’œil
20.07.2019
ill. 3. Les cérémonies officielles en Corée du Sud, 2019
20.07.2019

Laisser un commentaire