La Corée est un pays qui a une histoire de plus de 5 000 ans. L’originalité des Coréens se retrouve dans les arts et la culture, en particulier les cinq couleurs sur lesquelles sont basés les principes du yin, du yang et des cinq éléments. Les cinq couleurs – blanc, noir, jaune, rouge et bleu – sont les couleurs traditionnelles de la Corée. Elles ont été choisies par les trois croyances traditionnelles : Bouddhisme, Confucianisme et Chamanisme. La vie quotidienne a été profondément influencée par les choix des couleurs, chaque couleur correspondant à différents symboles et expressions.

Blanc

Le blanc est la couleur de l’Ouest, du fer et de l’automne. C’est la base des couleurs qui signifie la pureté et la netteté. Les Coréens ont été appelés « Peuple aux habits blancs » car ils aimaient beaucoup s’habiller en blanc. Le premier vêtement pour le nouveau-né était en coton blanc, qui symbolise le souhait de santé et de longévité pour le bébé. La robe de lettré que les érudits portaient chez eux était blanche aussi. Pendant la dynastie Joseon (1392-1910), la période de la céramique de la Lune se caractérisait par les céramiques blanches. Une exposition à ce sujet est en cours actuellement.

Noir

Le noir symbolise le Nord, l’eau et l’hiver. Il signifie aussi principalement la mort, c’est pourquoi il était utilisé pour la cérémonie funéraire. De nos jours, les Coréens portent des habits noirs pour aller à l’enterrement. Autrefois ils n’utilisaient pas le noir pour les costumes sauf pour le vêtement de la cérémonie sacrificielle à Jongmyo. Jongmyo est l’endroit du sanctuaire ancestral où se trouvent les tablettes ancestrales des rois et des reines défunts. 

Anciennement ce rituel était fait par la famille royale et l’ensemble des fonctionnaires civils et militaires, cinq fois par an. Il reste des peintures précises de cette cérémonie. Grâce à ces vestiges, aujourd’hui, on la célèbre chaque année le premier dimanche de mai. Cet héritage immatériel a été reconnu au Patrimoine de l’UNESCO en 2001.
Il existe aussi un concept de convoyeur de l’autre monde portant des habits noirs et un chapeau noir. Originellement les convoyeurs sont trois, ils accompagnent le défunt dans l’au-delà. De ce fait, trois figurines des convoyeurs étaient présentes parmi les objets de la décoration des anciens cercueils.

Dans certaines séries de télévision et films, on peut également retrouver cette représentation des convoyeurs avec les tenues noires et chapeaux noirs, comme Arang and the Magistrate (2012), Goblin (2016), Black (2017), Along with God (2018).

Saviez-vous que les Coréens ne se faisaient pas couper les cheveux ? Ils considéraient que les cheveux étaient hérités des ancêtres et donc précieux. Ils gardèrent donc les cheveux longs jusqu’à la fin de la période précédant l’occupation japonaise. Les messieurs se faisaient un chignon et portaient un chapeau fabriqué en crin de cheval. Les dames ne se coupaient pas non plus les cheveux. Les jeunes filles tressaient leurs cheveux avant le mariage. Les femmes mariées portaient un chignon, si bien que les chapeaux des femmes de l’époque sont adaptés à cette coiffure.

Connaissez-vous la culture de l’encre de Chine ? Avant la création du Hangeul (alphabet coréen), les Coréens écrivaient en caractères chinois. Papier, pinceau, plateau et bâton d’encre de Chine constituaient les quatre trésors du lettré. Pour l’écriture ou la peinture, le compte-gouttes était important. Il comportait deux trous, un pour l’air et un autre pour verser l’eau, goutte à goutte sur le plateau à encre de Chine. Ensuite, on frottait le bâton sur le plateau pendant une trentaine de minutes avant de s’en servir avec le pinceau. Les Coréens ont fabriqué des plateaux et des compte-gouttes de diverses formes.

Jaune

Le jaune signifie le Centre, la terre et la jeunesse. Alors, les filles non-mariées portaient une veste jaune. On devine donc qu’il était possible de distinguer les femmes mariées ou non-mariées par les cheveux et les vêtements. Le jaune symbolise aussi l’empereur, le dernier roi de l’époque de Joseon (1392 – 1910), Go-Jong qui portait un costume jaune. Avant lui, les rois portaient du rouge. On peut découvrir également ces éléments vestimentaires dans l’exposition « L’étoffe des rêves de Lee Young-hee« .

 Bleu

Le bleu signifie l’Est, l’arbre et le printemps. En fait, les Coréens ne distinguent pas trop les mots exprimant les couleurs verte et bleue. Par exemple, en Corée, le feu de circulation est appelé « feu bleu » au lieu « feu vert ». Et ils parlent de « La montagne bleue ». Cette couleur était utilisée pour le vêtement de travail des fonctionnaires de la dynastie Joseon. Et cette tenue comportait une décoration brodée à la main de forme carrée. L’animal dans le carré changeait selon sa fonction : la grue pour le lettré et le tigre pour le militaire. Le roi portait quant à lui un dragon ou des animaux mythiques.  
On ne peut vraiment pas parler de bleu pour le céladon. Le céladon est le type et la couleur de la céramique verte. C’était la céramique de la dynastie Goryeo (936-1392), notamment au 12e siècle. Malheureusement, nous avons perdu la technique de fabrication de cette couleur de céladon. 

Rouge

Le rouge signifie le Sud, le feu et l’été. Les Coréens utilisent la couleur rouge pour diverses occasions. Dès l’antiquité, il y avait des amulettes, avec des dessins ou des écritures en rouge. Par exemple, les parents d’un enfant qui n’obéissait pas et n’étudiait pas mettaient une amulette portant des souhaits sous son oreiller. Le sceau aussi empruntait la couleur rouge, on l’utilisait pour la signature administrative comme pour l’ouverture et la clôture d’un compte bancaire.

Dans la dynastie Joseon, il y avait trois types de fonctionnaires : lettrés, militaires et techniciens. Pour devenir fonctionnaire, il fallait se présenter au concours national. Et le certificat de réussite du concours national était sur papier rouge.

Le drapeau national

Le drapeau national de la Corée montre l’utilisation de la combinaison des couleurs. Le fond blanc du drapeau signifie la paix, la pureté et la netteté qu’aime ce peuple vêtu de blanc. Le cercle bleu et rouge du centre nommé Taegeuk symbolise le yin (bleu) et le yang (rouge). Cette partie signifie la créativité des peuples coréens comme l’univers est crée par le yin et le yang. Les quatre trigrammes à chaque coin représentent les quatre éléments de la nature : le ciel, la terre, l’eau et le feu ; cela signifie l’apparition de l’univers en constante évolution alors que le yin et le yang se mélangent.

Les cinq directions

Comme expliqué précédemment, les cinq couleurs signifient cinq directions. Pour chaque direction, il y a des gardiens. Et il y avait des masques de dieux des cinq directions dans le théâtre de danse masquée de la ville de Jinju, depuis les années 1880. Puis ils disparurent de la scène pendant une soixantaine d’années, avant d’être reconstitués en 1998. À Jinju, cette pièce se joue désormais chaque année comme en témoigne la vidéo présentée dans cette section. Ce théâtre est constitué de cinq scènes dont la première est la danse avec ces masques.

Découvrir cette exposition au CCC

À l’occasion de l’ouverture du nouveau Centre Culturel Coréen à Paris, l’exposition « Tekkal, couleurs de Corée » est réalisée en collaboration avec le Musée National du Folklore de Corée pour inviter les visiteurs à découvrir l’esthétique coréenne de la vie quotidienne par les cinq couleurs. Pour cette exposition, il y a plus de 200 objets d’art qui viennent de ce musée, datés de la Dynastie Goryeo et Joseon.

Tekkal qui signifie en coréen « une couleur chatoyante qui flatte le regard », invite le visiteur, à travers 208 œuvres d’art traditionnelles et contemporaines, à apprécier la beauté des couleurs chères au cœur des Coréens. Elle vise également à lui permettre de mieux appréhender leur signification profonde et la manière spécifiquement coréenne de les combiner.
Les deux volets composant cette exposition, « Monochrome » et « Jeu de couleurs », sont illustrés par un ensemble d’objets à la fois traditionnels et contemporains, faisant partie du quotidien des Coréens.  

Le volet « Monochrome » présente la symbolique des cinq couleurs les plus utilisées dans la culture coréenne : blanc, noir, rouge, bleu et jaune. En Corée, ces cinq couleurs traditionnelles sont toujours présentes dans la vie quotidienne des Coréens. Elles sont aussi beaucoup utilisées dans les œuvres contemporaines. 
L’autre volet, « Jeu de couleurs » présente, quant à lui, l’art coréen de l’harmonie des couleurs. Par exemple, le bleu s’associant au rouge, le noir s’alliant au blanc, sans oublier la combinaison multicolore obangsaek et saekdong.

Informations pratiques

Site internet du Centre Culture Coréen
http://www.coree-culture.org

Informations pour l’exposition « Tekkal, Couleurs de Corée », du jeudi 21 novembre 2019 au vendredi 14 février 2020.
http://www.coree-culture.org/tekkal-couleurs-de-coree,4420.html
Tous les jours de la semaine, il y a des visites guidées au Centre Culturel Coréen, ouvert entre 10h et 17h30, jusqu’au 14 février.

Je voudrais partager une bonne nouvelle avec vous : l’exposition Tekkal est sélectionnée comme l’une des meilleures expositions du mois de décembre chez Le Bonbon. 
Vous trouverez ci-joint le lien vers sa page web. 
https://www.lebonbon.fr/paris/expo/expo-immanquables-decembre/

Article écrit par Kim Min-Jee
Responsable événementiel de PariSéoul78. Retrouvez-les sur insta et Facebook

1 Comment
Laisser un commentaire