Soulèvement de Jeju

Le Soulèvement de Jeju (제주도) est une rébellion populaire qui s’est déroulée sur l’île de Jeju (제주도) en Corée du Sud entre 1947 et 1949. Elle a opposé les forces de sécurité du gouvernement coréen à des résistants armés et non armés. La répression violente du soulèvement par les forces gouvernementales a entraîné des pertes massives parmi la population civile, avec des estimations allant de plus de 14.000 à 30.000 morts. Le soulèvement a été considéré par beaucoup comme une rébellion contre l’occupation américaine et le nouveau régime coréen qui a été installé à la fin de la Seconde Guerre mondiale. En 2018, la République de Corée a reconnu le Soulèvement de Jeju comme un « événement patriotique ». Le Soulèvement de Jeju est considéré comme l’une des pires tragédies de l’histoire coréenne et a été qualifié de « massacre oublié » par les médias internationaux. Les survivants et leurs descendants continuent de réclamer un examen et une reconnaissance officiels de l’événement, ainsi qu’une indemnisation et des excuses officielles.

En 1948, le gouvernement provisoire de l’armée américaine se retire pour transmettre le pouvoir à un président élu et largement pousser par les États-Unis, le nationaliste et anticommuniste Syngman Rhee (이승만). Le soulèvement de Jeju, sa répression coûtent la vie à 14 000 ou 60 000 personnes. À l’époque, l’île compte 300 000 habitants. L’intervention de l’armée sud-coréenne est extrêmement brutale, et cause la destruction de beaucoup de villages. Par réaction, elle suscite des rébellions dans la péninsule ainsi que la mutinerie de plusieurs centaines de soldats. La rébellion dure jusqu’en mai 1949.

Contextes

Jeju (제주도) est une île située à environ 80 kilomètres au sud de la péninsule coréenne. Il est connu pour ses paysages naturels magnifiques, notamment ses plages de sable fin, ses volcans en activité et ses champs de lavande. Il est également un lieu de villégiature populaire pour les Coréens et les touristes étrangers.

À l’est de la ville de Jeju, se trouve le village côtier de Bukchon (북촌), et bien qu’apparemment ordinaire, ce paisible village de pêcheurs est connu pour deux choses : pour sa forte culture Haenyeo (해녀), les faneuses plongeuses de Jeju, et pour avoir été le site des pires rassemblements de masse aveugles tuant pendant le soulèvement et le massacre de Jeju.

Contexte économique

Économiquement, l’île de Jeju était principalement composée de paysans et de pêcheurs qui vivaient chichement, de manière traditionnelle et isolée des centres économiques du reste de la Corée. Rappelons que nous sommes alors en 1947.

La période qui va de la proclamation de la République de Corée du Sud (15 août 1948) jusqu’au 15 octobre 1961, date du coup d’état militaire du général Park Chung-Hee, est marquée par les hésitations du gouvernement à « jouer un rôle dynamique dans la promotion de l’économie nationale »

Les autorités du Sud, soutenues par les États-Unis, ont cherché à moderniser l’économie de l’île en introduisant des industries telles que la pêche industrielle et l’agriculture moderne, mais cela a entraîné la perte de terres et de moyens de subsistance pour les habitants de Jeju.

Contexte sociale

Socialement, les habitants de Jeju étaient très attachés à leur culture et à leurs traditions, et ils ont résisté aux efforts pour les changer. Les autorités du Sud ont également cherché à imposer leur propre culture et leur propre système de valeurs sur l’île, ce qui a provoqué de la tension entre les autorités et les habitants de Jeju.

Contexte politique

Politiquement, le Soulèvement de Jeju s’est produit dans un contexte de division de la Corée en deux États distincts, le Nord communiste et le Sud soutenu par les États-Unis. Les autorités du Sud ont vu les habitants de Jeju comme une menace potentielle pour leur autorité, et ils ont réprimé férocement la rébellion.

Contexte politique

Historiquement, l’île de Jeju a été le théâtre de conflits récurrents au cours des siècles, et les habitants de l’île ont développé une culture de résistance à l’autorité étrangère. Les événements qui ont conduit au Soulèvement de Jeju sont enracinés dans l’histoire de l’île, et ils ont été largement influencés par les expériences passées des habitants de Jeju.

Soulèvement

En somme, le Soulèvement de Jeju est un événement tragique qui a été causé par les tensions entre les autorités du Sud soutenues par les États-Unis et les habitants de Jeju, qui se sont révoltés contre les efforts pour changer leur mode de vie traditionnel, leur culture et leur système de valeurs. Les répressions féroces ont causé des milliers de morts civils et ont laissé des marques douloureuses qui perdurent encore aujourd’hui.

Le 3 avril 1948 à Jeju, la police a ouvert le feu sur des manifestants qui célébraient la résistance coréenne contre l’occupation japonaise. Les habitants ont réagi en attaquant 12 postes de police. Des combats ont éclaté, causant la mort de plusieurs dizaines de policiers et de civils. Les rebelles ont également incendié les centres de vote pour les prochaines élections et attaqué des politiciens ainsi que leur famille. Ils ont lancé un appel à la population pour se soulever contre le gouvernement militaire américain.

L’appel du parti des travailleurs est bien accueilli par la population locale. Cette accueilli est du grâce au fort ressentiment envers les autorités, forces de police soupçonnée d’avoir collaboré avec les Japonais. La lourde imposition des produits agricoles joua aussi un rôle.

Pour régler cette insurrection, le gouvernement envoie 3 000 soldats du 11e régiment, en soutien aux forces de police. Mais le 29 avril, des centaines de soldats se rebellent. Ils fourniront un nombre important d’armes légères aux rebelles.

Une armée démocratique du peuple

Suite aux élections du 15 mai, les rebelles tuent 35 policiers et extrémistes de droite. Le 16 mai, la police arrête dans deux villages 169 habitants soupçonnés de soutenir l’insurrection. Un rapport du colonel Rothwell H. Brown indique au mois de juin que 4 000 personnes ont été interrogées par l’armée. Une armée démocratique du peuple a été créée en avril, elle est composée de 4 000 personnes. La plupart de cette armée est mal armée, mal équipé, 400 de leurs membres possède une arme à feu. Le parti des travailleurs compte alors 60 à 70 000 membres à Jeju répartis dans chaque village dans des comités populaires.

Le colonel Rothwell H. Brown va ordonner une intensification des actions, de sorte à couper la guérilla des villageois et à empêcher le ravitaillement des guérilleros. Cette manœuvre va lui permettre de continuer a interrogé les prisonniers. 3 000 personnes sont arrêtées entre le 28 mai et la fin juillet.

Le lieutenant-général Kim Ik Ruhl (김익렬), commandant des troupes sud-coréennes sur l’île mena les négociations avec les rebelles. Il rencontra plusieurs fois Kim Dal-Sam (김달삼), un membre du parti des travailleurs, mais ils n’aboutirent pas à un accord. Le gouvernement voulait une reddition complète tandis que les rebelles demandaient le désarmement de la police locale, la démission de tous les fonctionnaires de l’île, l’interdiction des groupes paramilitaires et la réunification de la péninsule.

Un engagement américain

Au moment où le soulèvement a eu lieu, la présence américaine sur l’île était limitée. Selon Jimmie Leach, un conseiller de la police locale, il y avait uniquement six Américains sur place, équipés de deux avions légers L-4 et deux bateaux. Les Américains ont cependant joué un rôle en formant les forces armées locales et en fournissant des moyens de transport pour les troupes et le matériel, principalement en utilisant des avions C-47. Les journalistes du Stars and Stripes ont également rapporté en détail sur la répression de la rébellion par les forces armées sud-coréennes, le soutien populaire aux rebelles et les représailles contre les civils. Les Américains ont documenté les violations des droits humains, mais n’ont pas intervenu directement. Ce n’est qu’avec l’éclatement de la guerre de Corée que les États-Unis ont repris le commandement des forces armées sud-coréennes.

Addenda

Holomong est un terme dialectal de Jeju, qui désigne une mère veuve, associée ici au soulèvement du 3 avril 1948. Les holomongs dans cet article sont toutes identifiées comme des grands-mères.

Bibliographie

SÉNAT (2004). ECONOMIE ET CULTURE LE CAS DE LA COREE DU SUD. Compte-rendu du déplacement d’une délégation du groupe sénatorial d’amitié FRANCE – COREE du SUD. Paris

BRILLOUET Alain (1975). Revue d’études comparatives Est-Ouest Vol. 6, No. 4 . Paris : 1975 Editions Belin

Webographie

étudiant en design graphique et design industriel, passionné par la Corée sur toutes ses formes. et nous vous faisons découvrir ce pays merveilleux et sa culture chaque semaine.

One Comment

  1. Sophie de Revel Reply

    Pour illustrer cette page terrible de l’histoire coréenne, lire l’excellent roman de Lisa See «  l’île des femmes de la mer » Flammarion 2020 ou collection « j’ai lu » n°13477

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *