Devenu officiellement chef de l’Etat nord-coréen et commandant en chef des armées grâce à une nouvelle Constitution, Kim Jong-un est désormais le nouveau président nord-coréen depuis la fin de la guerre.

Tout le monde le surnommait « dirigeant suprême » de la Corée du Nord. Mais Kim Jong-un souhaitait vivement devenir président de son pays, la Corée du Nord, selon Kim Dong-yup, professeur à l’Institut d’Extrême-Orient de l’Université Kyungnam à Séoul.

Jusqu’à sa mort en 1994, le fondateur Kim Il-sung avait occupé le poste de « président éternel » et celui-ci resta vacant par la suite. La Constitution révisée en 1998 lui décerna le titre honorifique et posthume de « président éternel de la République populaire démocratique de Corée du Nord. » Elle abolit dans le même temps le terme de «  présidence » pour donner le rang de «  dirigeant suprême » à son fils Kim Jong-il, jusqu’au décès de ce dernier en 2011. Et Kim Jong-un hérita par la suite de cette fonction, en succédant à son père.

Kim Jong-un Nouveau président

Kim Jong-un président

Qu’est-ce que cela change d’un point de vue politique ?

Kim Jong-un sera maintenant le très officiel chef de l’État nord-coréen, et commandant en chef des armées, selon la toute nouvelle Constitution dévoilée jeudi 11 juillet 2019 à Pyongyang. Ce nouveau positionnement politique et ses nouvelles attributions pourraient faciliter la conclusion d’un traité de paix avec les États-Unis, suite à la visite de Trump en Corée du nord.

La nouvelle Constitution, divulguée jeudi dernier sur le site d’informations étatique Naenara, stipule que Kim, en tant que président de la Commission des Affaires d’État, un organe gouvernemental créé en 2016, est le « représentant suprême de tout le peuple coréen », autrement dit le chef de l’État, fonction qu’il cumule avec celle de « commandant en chef » des armées.

Il ne faut pas oublier que la fin de la guerre de Corée en 1953 n’a jamais été ratifiée par un traité de paix. De ce fait, les deux Corées demeurent donc en état de guerre au plan juridique et militaire.

Le changement politique

Cette nouvelle Constitution, que peut-elle changer d’un point de vue politique ? Eh bien, pas mal de choses, car désormais le président Kim peut changer l’orientation politique et stratégique de son pays de façon plus libre. Il avait déjà décidé de développer l’économie de son pays à la même vitesse que le programme nucléaire. Depuis des année la priorité va au militaire, or Kim vise depuis longtemps à se défaire de ce système anormal, et pourrait y arriver grâce à cet habile changement de statut.
Cela pourrait aussi permettre de libérer le pays du fardeau des sanctions économiques internationales, qui pèsent sur le pays depuis plusieurs années, et empêchent tout échange commercial « officiel ».

Comme tout homme d’État il a organisé des rencontres avec Donald Trump, Vladimir Poutine, Xi Jinping et le président sud-coréen Moon Jae-in au cours des derniers mois, ce qui lui permet de renforcer son image de chef d’État.

no comments
Laisser un commentaire