Kim Jong-un

Kim Jong-un et son rôle en Corée du Nord

Kim Jong-un est l’actuel dirigeant de la Corée du Nord, poste qu’il occupe depuis 2011. Il est le fils de l’ancien dirigeant nord-coréen Kim Jong-il et le petit-fils de Kim Il-sung, qui a fondé le pays en 1948. En tant que chef d’État, Kim Jong-un est chargé de définir les politiques et la direction du pays.

Depuis son arrivée au pouvoir, Kim Jong-un s’est attaché à renforcer le Parti des travailleurs coréens au pouvoir et à consolider son propre pouvoir. Il a mis en œuvre un certain nombre de réformes économiques visant à améliorer la vie des Nord-Coréens ordinaires et à stimuler le développement économique du pays. Il a également pris un certain nombre d’initiatives en matière de politique étrangère, notamment pour améliorer les relations avec la Corée du Sud et d’autres pays de la région.

Toutefois, le leadership de Kim Jong-un a également été marqué par des controverses et des tensions avec la communauté internationale. Son expansion du programme d’armement nucléaire de la Corée du Nord a entraîné des tensions accrues avec les États-Unis et d’autres pays, et le bilan du pays en matière de droits de l’homme est depuis longtemps une source de préoccupations pour la communauté internationale. Malgré ces défis, Kim Jong-un reste une figure puissante en Corée du Nord et continue de façonner l’orientation du pays.

Résumé de ses contributions politiques depuis 2011

L’une des contributions les plus importantes apportées par Kim Jong Un a été l’accent mis sur le développement économique et la modernisation. Alors que le pays a longtemps été isolé et économiquement défavorisé, sous la direction de Kim Jong Un, des efforts ont été faits pour développer et moderniser les infrastructures du pays, notamment par la construction de nouvelles routes, de ponts et de bâtiments. En outre, le dirigeant nord Coréen est à l’initiative de plusieurs nouveaux quartiers de la capitale nord coréenne. On lui « doit » entre autre plusieurs nouveaux cartier de la capitale.

En outre, le gouvernement s’est efforcé d’attirer les investissements étrangers et de stimuler l’économie du pays par des initiatives telles que la création de zones économiques spéciales et la promotion du tourisme.

Une autre contribution importante de Kim Jong Un a été ses efforts pour améliorer les relations avec les autres pays. Sous sa direction, la Corée du Nord s’est engagée dans un certain nombre d’initiatives diplomatiques, notamment des négociations avec les États-Unis et la Corée du Sud, et a déployé des efforts pour améliorer les relations avec d’autres pays de la région. Ses efforts se sont traduits par des visites dans d’autres pays, ainsi que par l’accueil de délégations étrangères de haut niveau.

En plus de ces efforts, Kim Jong Un a également apporté des contributions dans le domaine de la politique intérieure. Il a mis en œuvre un certain nombre de réformes sociales et économiques, notamment pour améliorer l’éducation et les soins de santé, et s’est également efforcé de renforcer les capacités de défense du pays.

Dans l’ensemble, les contributions de Kim Jong Un depuis 2011 ont eu un impact significatif sur l’orientation de la Corée du Nord et ont contribué à façonner l’avenir du pays. Bien qu’il y ait eu des défis et des controverses en cours de route, son leadership a entraîné des changements importants et a ouvert de nouvelles opportunités pour le pays à l’avenir.

Les premières années de Kim Jong-un

Kim Jong-un est né en 1984. Il est le plus jeune des trois enfants du dirigeant nord-coréen de l’époque, Kim Jong-il, et de son épouse, Ko Young-hee. Il a fait ses études en Suisse, où il a fréquenté des écoles internationales sous le pseudonyme de « Pak Un ».

On sait peu de choses sur les premières années de Kim Jong-un, car le gouvernement nord-coréen est resté très discret sur son éducation. Cependant, on pense qu’il a reçu une éducation complète, comprenant une formation dans des matières telles que les langues, la littérature et les sciences, ainsi qu’une formation au leadership et aux questions militaires.

Au cours des années qui ont précédé la mort de son père en 2011, Kim Jong-un a été formé à la direction et s’est vu confier des responsabilités croissantes au sein du gouvernement.

Malgré son jeune âge et sa relative inexpérience, Kim Jong-un était considéré comme un dirigeant fort et compétent par ceux qui le connaissaient, et on s’attendait à ce qu’il prenne les rênes du pouvoir à la mort de son père. Lorsque Kim Jong-il est décédé en décembre 2011, Kim Jong-un a été officiellement nommé nouveau dirigeant de la Corée du Nord et a pris les rênes du pouvoir.

Depuis lors, Kim Jong-un a été confronté à un certain nombre de défis et de controverses alors qu’il cherchait à s’imposer en tant que dirigeant et à orienter le pays dans une nouvelle direction. Cependant, il a également apporté des contributions importantes et a aidé à façonner l’orientation de la Corée du Nord au cours des années qui ont suivi son arrivée au pouvoir.

Son ascension au pouvoir

Kim Jong-un n’a que 27 ans lors de son arrivée au pouvoir et peu d’expérience du gouvernement ou du leadership. Dans les années qui ont précédé la mort de son père, Kim Jong-un a été formé à la direction et s’est vu confier des responsabilités croissantes au sein du gouvernement. Il a été nommé général quatre étoiles en 2010, ainsi que vice-président de la Commission militaire centrale, ce qui lui confère un rôle clé dans les affaires militaires du pays.

Après la mort de son père, Kim Jong-un a été officiellement nommé nouveau dirigeant de la Corée du Nord et a pris les rênes du pouvoir. Il a été confronté à un certain nombre de défis et de controverses alors qu’il cherchait à s’imposer en tant que dirigeant et à orienter le pays dans une nouvelle direction.

Le prince du jucheseong (주체성) n’est initialement pas Kim Jong-un, mais son demi-frère, Kim Jong-nam. C’est donc ce dernier qui aurait dû succédé au pouvoir. Mais son côté très américanisé et pro japonais aura eu raison de lui en février 2017.

L’arrivée au pouvoir de Kim Jong-un a été marquée par un certain nombre d’événements et d’initiatives importants, notamment des efforts pour moderniser et développer l’économie du pays, des efforts pour améliorer les relations avec les autres pays et des efforts pour renforcer les capacités de défense du pays. Cependant, malgré ces efforts, le pays a dû faire face à des défis permanents, notamment des sanctions internationales et des tensions avec d’autres pays, et l’avenir de la Corée du Nord reste incertain.

Ses politiques et réformes

Kim Jong Un, a mis en œuvre des réformes visant à moderniser et à améliorer l’économie, le niveau de vie du pays. Ces efforts ont notamment consisté à :

  • La réforme agricole : Kim Jong Un a mis l’accent sur l’amélioration de la productivité agricole grâce à l’utilisation de technologies et de techniques modernes, telles que l’irrigation au goutte-à-goutte et les serres. Il a également encouragé le développement de coopératives et de fermes collectives, et promu l’utilisation d’engrais et de pesticides.
  • Réforme industrielle : Kim Jong Un a cherché à moderniser et à améliorer l’efficacité du secteur industriel nord-coréen, en mettant l’accent sur l’industrie lourde et le développement de nouvelles technologies. Il a également encouragé la croissance des petites et moyennes entreprises, et favorisé le développement de nouvelles industries, telles que le tourisme et les technologies de l’information.
  • Réforme du marché : Kim Jong Un a mis en œuvre un certain nombre de réformes axées sur le marché, notamment la libéralisation des prix et la création d’un système de taux de change basé sur le marché. Il a également encouragé le développement des entreprises privées et la croissance d’une économie de marché.
  • Réforme de l’éducation : Kim Jong Un a mis en œuvre un certain nombre de réformes visant à améliorer la qualité de l’éducation en Corée du Nord, notamment l’introduction de nouveaux programmes scolaires et l’élargissement de l’accès à l’éducation. Il a également encouragé le développement des nouvelles technologies et l’utilisation d’outils d’apprentissage numériques.
  • Développement des infrastructures : Kim Jong Un a investi dans le développement de nouvelles infrastructures, notamment des routes, des chemins de fer et des aéroports, ainsi que dans l’expansion des réseaux d’électricité et de télécommunications.

Si ces réformes ont eu certains effets positifs, il convient de noter que la Corée du Nord reste un État hautement centralisé et répressif, et que le gouvernement maintient un contrôle strict sur l’économie et la vie de ses citoyens.

L’impact de Kim Jong-un sur la Corée du Nord

Sous sa direction, la Corée du Nord a continué à mener une politique d’isolement et d’autosuffisance connue sous le nom de « juche », et a maintenu un régime autoritaire strict.

Kim Jong-un a poursuivi un programme d’armes nucléaires et s’est engagé dans une série d’actions provocatrices, notamment des essais de missiles et d’armes nucléaires, qui ont suscité une condamnation internationale et accrues les tensions avec les États-Unis et d’autres pays. Il a également été accusé de violations généralisées des droits de l’homme, notamment le recours à la torture, la détention sans procès et l’exécution d’opposants politiques.

Malgré les efforts internationaux visant à dénucléariser la péninsule coréenne, Kim Jong-un a conservé une forte emprise sur le pouvoir et n’a montré aucun signe de renoncement à ses armes nucléaires. L’impact de son leadership sur la Corée du Nord et la région a été significatif, de nombreux experts exprimant des inquiétudes quant à la possibilité d’un conflit nucléaire dans la péninsule coréenne.

Même si sa place est toujours bien présente aujourd’hui en Corée du nord, le pays connait un léger assouplissement vis a vis de la politique et du système du songbun nord Coréen.(출신성분).

Ses politiques économiques

Il est difficile de décrire de manière précise les politiques économiques de Kim Jong-un, car la Corée du Nord est un pays fermé et isolé, et les informations qui en proviennent sont souvent limitées et parfois contradictoires. Cependant, voici quelques éléments qui peuvent vous aider à mieux comprendre les politiques économiques de la Corée du Nord sous le régime de Kim Jong-un :

  • Économie planifiée : La Corée du Nord a une économie planifiée, c’est-à-dire que l’État contrôle et dirige la plupart des activités économiques du pays. Les entreprises sont souvent étatiques et l’État fixe les prix et les quantités de produits à produire.
  • Priorité à la défense nationale : La priorité de la Corée du Nord est de renforcer sa défense nationale et de maintenir un certain niveau de sécurité pour le pays. Pour se faire, l’État investit beaucoup dans l’armée et les industries de défense, souvent au détriment de l’économie civile.
  • Autarcie : La Corée du Nord essaie de se maintenir autonome économiquement et de ne pas dépendre de l’extérieur. Cela signifie que le pays essaie de produire lui-même tous les biens et services nécessaires, même si cela peut entraîner des pénuries de certains produits.
  • Économie non ouverte : La Corée du Nord est un pays relativement non ouvert sur l’extérieur. Les échanges commerciaux avec l’étranger sont limités et le pays ne fait pas partie de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC).

Il est important de noter que les politiques économiques de la Corée du Nord ont évolué au fil des ans et ont été influencées par de nombreux facteurs, notamment les relations internationales et les politiques internes.

Les politiques économiques de Kim Jong Un pour la Corée du Nord sont largement axées sur le développement de l’économie du pays et l’amélioration du niveau de vie de ses citoyens. Cela comprend des efforts pour augmenter la production agricole, développer le secteur manufacturier et attirer les investissements étrangers. un certain nombre de réformes économiques sont mis en œuvre, telles que l’assouplissement des restrictions sur les entreprises privées et le commerce extérieur, et l’introduction d’une nouvelle monnaie. De plus, Kim Jong Un a cherché à améliorer les infrastructures du pays et à promouvoir le tourisme.

Cependant, les politiques économiques de la Corée du Nord restent largement contrôlées par l’État et le pays continue de souffrir d’un manque d’investissements étrangers, de sanctions internationales et d’une économie stagnante.

Sa politique étrangère

La politique étrangère de Kim Jong-un en Corée du Nord est principalement axée sur la protection de l’indépendance et de la souveraineté du pays, ainsi que sur le maintien du système politique actuel. Depuis son arrivée au pouvoir en 2011, Kim Jong-un a adopté une approche plutôt prudente et délibérée de ses relations internationales. Voici quelques éléments qui pourraient vous aider à mieux comprendre la politique étrangère de la Corée du Nord sous Kim Jong-un :

  • Programme nucléaire : L’un des principaux défis auxquels Kim Jong-un a été confronté est le développement du programme nucléaire de la Corée du Nord. Le pays a mené plusieurs essais nucléaires et a développé des missiles balistiques à portée intercontinentale, ce qui a suscité de vives préoccupations de la part de la communauté internationale et a conduit à des sanctions de l’ONU. Kim Jong-un a eu plusieurs rencontres avec le président américain Donald Trump et d’autres dirigeants internationaux pour discuter de cette question, mais aucun accord définitif n’a été conclu jusqu’à présent.
  • Relations avec les États-Unis : La Corée du Nord a des relations tendues de longue date avec les États-Unis, notamment en raison de leurs différences politiques et de leur histoire conflictuelle. Depuis son accession au pouvoir, Kim Jong-un a eu plusieurs rencontres avec le président américain Donald Trump, mais aucun accord de paix définitif n’a été conclu entre les deux pays.
  • Relations avec la Chine : La Corée du Nord a des relations étroites avec la Chine, son principal allié et partenaire économique. La Chine soutient la Corée du Nord sur la scène internationale et lui fournit une aide économique et politique importante.
  • Relations avec la Corée du Sud : Les relations entre la Corée du Nord et la Corée du Sud sont complexes et ont été marquées par des tensions et des conflits au fil des ans. Depuis son accession au pouvoir, Kim Jong-un a eu plusieurs rencontres avec les dirigeants sud-coréens, mais les relations restent tendues et le conflit n’a pas été résolu.
  • Relations avec l’Union européenne : La Corée du Nord a des relations limitées avec l’Union européenne, bien que certains de ses membres aient des relations bilatérales avec le pays. L’Union européenne a des préoccupations concernant les droits de l’homme et la situation humanitaire en Corée du Nord et a adopté des sanctions contre le pays en réponse.

Il est important de noter que la politique étrangère de la Corée du Nord est influencée par de nombreux facteurs, notamment les relations internationales et les politiques internes.

L’impact de Kim Jong-un sur la scène internationale

Depuis qu’il a pris le pouvoir en 2011, Kim Jong-un a exercé une influence significative sur la scène internationale en tant que dirigeant de la Corée du Nord. Le pays est connu pour son programme nucléaire et son système politique autoritaire, et Kim Jong-un a joué un rôle central dans la poursuite et le développement de ces programmes.

Le programme nucléaire de la Corée du Nord a suscité de fortes tensions internationales et a été condamné par de nombreux pays, y compris les États-Unis et ses alliés. Pour répondre aux essais nucléaires et aux lancements de missiles de la Corée du Nord, les Nations Unies ont adopté plusieurs résolutions exigeant que le pays cesse ses activités nucléaires et mette fin à ses programmes d’armement.

En tant que dirigeant de la Corée du Nord, Kim Jong-un a également été impliqué dans des négociations internationales pour tenter de résoudre le conflit nucléaire en Corée du Nord. En 2018, il a tenu des pourparlers directs avec le président américain Donald Trump pour discuter de la dénucléarisation de la Corée du Nord. Ces pourparlers ont été interrompus depuis, mais il y a eu des efforts pour reprendre les discussions.

En tant que dirigeant d’un pays isolé et autoritaire, Kim Jong-un a également été critiqué pour ses violations des droits de l’homme et pour son manque de transparence sur les questions politiques et économiques. En tant que tel, il a exercé une influence négative sur la scène internationale en tant que dirigeant controversé et peu fiable.

Son programme d’armement nucléaire

La Corée du Nord a développé un programme d’armement nucléaire dans les années 1950. Le pays a commencé à explorer l’option de la défense nucléaire pour se défendre contre les menaces extérieures. Le déclic de la nécessité de se doter d’un armement nucléaire vient des deux bombes atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki (6 août et 9 août 1945). La Corée du nord prend alors conscience des dégâts que peuvent produire de telles armes.

Le programme a été mené de manière secrète et a été largement condamné par la communauté internationale pour son caractère illégal et son potentiel de perturbation de l’équilibre de la sécurité régionale.

Kim Jong-un, a bénéficié du lourd héritage du programme nucléaire du pays. Il a continué à le développer depuis son accession au pouvoir en 2011. Sous sa direction, la Corée du Nord a mené plusieurs essais nucléaires, y compris deux essais de bombe à hydrogène en 2017, qui ont suscité une vive condamnation internationale et ont conduit à l’adoption de nouvelles sanctions économiques par les Nations unies.

Une mise au point de l’arme

Le programme nucléaire comprend la production de matières fossiles, comme l’uranium enrichi et le plutonium, qui peuvent être utilisées dans la construction d’armes nucléaires. Il comprend également le développement de technologies de lancement, comme des missiles balistiques, pour pouvoir transporter ces armes nucléaires sur de grandes distances. Ces mises au point de lanceurs balistiques, la Corée du nord s’en sert aussi pour développer son programme spécial.

Bien que la Corée du Nord n’ait pas encore réussi à mettre au point une bombe nucléaire de taille tactique ou de défense, elle a démontré sa capacité à produire des bombes nucléaires de grande puissance et à les lancer sur de grandes distances grâce à ses essais nucléaires. Cela a suscité de graves inquiétudes quant à la sécurité régionale et à la stabilité mondiale, en particulier compte tenu de la proximité géographique de la Corée du Nord avec des pays comme la Chine et le Japon.

En dépit des efforts de la communauté internationale pour mettre fin au programme nucléaire de la Corée du Nord, le pays a poursuivi son développement et n’a pas accepté de se désarmer de manière volontaire. Les négociations avec la Corée du Nord ont été difficiles et ont connu des hauts et des bas, mais il y a eu quelques progrès vers une résolution pacifique de la crise nucléaire. En 2018, Kim Jong-un a rencontré le président des États-Unis, Donald Trump, lors d’une réunion historique à Singapour, et a convenu de travailler à la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Cependant, les progrès ont été lents et il y a eu peu de progrès concrets depuis cette réunion

Ses relations avec son frère du sud

Il y a eu plusieurs rencontres entre Kim Jong-un, le dirigeant de la Corée du Nord, et Moon Jae-in, le président de la Corée du Sud, ainsi qu’avec le président américain Donald Trump.

Les premières rencontres entre Kim Jong-un et Moon Jae-in ont eu lieu en avril 2018 et en septembre 2018, lors de sommets intercoréens à Pyongyang et à Séoul. Ces rencontres ont été historiques et ont été saluées comme un pas en avant dans les efforts pour parvenir à la réconciliation et à la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Les deux dirigeants ont signé un accord pour mettre fin à la guerre de Corée et pour travailler ensemble pour développer des liens économiques et culturels.

En juin 2018, Kim Jong-un et Donald Trump se sont rencontrés pour la première fois lors d’un sommet historique à Singapour. Cette rencontre a été saluée comme une étape importante dans les efforts pour parvenir à la dénucléarisation de la Corée du Nord et pour réduire les tensions entre les deux pays. Les deux dirigeants ont signé un communiqué conjoint dans lequel ils s’engageaient à travailler ensemble pour atteindre la dénucléarisation de la péninsule coréenne et à renforcer les liens économiques et culturels entre les deux pays.

Il y a eu des efforts pour organiser d’autres sommets entre Kim Jong-un, Moon Jae-in et Donald Trump, mais aucun n’a eu lieu depuis le sommet de Hanoi en février 2019, qui a échoué à aboutir à un accord sur la dénucléarisation de la Corée du Nord. Depuis lors, il y a eu peu de progrès dans les efforts pour parvenir à une solution diplomatique au conflit nucléaire en Corée du Nord.

Ses relations avec les autres pays

La Corée du Nord a des relations complexes avec les autres pays du monde. Depuis la fin de la guerre de Corée en 1953, le pays a été isolé sur la scène internationale en raison de son programme nucléaire et de son système politique autoritaire. La Corée du Nord a également été soumise à des sanctions internationales en raison de s es activités.

La Corée du Nord entretient des relations diplomatiques avec un nombre limité de pays, mais la plupart de ses relations internationales sont tendues. Le pays a de bonnes relations avec la Chine et la Russie, qui sont ses principaux alliés et fournisseurs de ressources énergétiques et économiques. La Corée du Nord a également des relations étroites avec le Vietnam et la Tunisie.

Les relations de la Corée du Nord avec les États-Unis et ses alliés en Asie du Sud-Est sont particulièrement tendues. Les États-Unis et la Corée du Nord sont en conflit depuis la guerre de Corée, et le programme nucléaire de la Corée du Nord a été une source de tension importante entre les deux pays. Les États-Unis ont imposé des sanctions économiques et commerciales contre la Corée du Nord et ont mené des exercices militaires en collaboration avec ses alliés en Asie du Sud-Est pour défendre contre la menace nucléaire nord-coréenne.

Malgré ces tensions, il y a eu des efforts pour trouver une solution diplomatique au conflit nucléaire en Corée du Nord. En 2018, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président américain Donald Trump ont tenu des pourparlers directs pour discuter de la dénucléarisation de la Corée du Nord. Ces pourparlers ont été interrompus depuis, mais il y a eu des efforts pour reprendre les discussions.

étudiant en design graphique et design industriel, passionné par la Corée sur toutes ses formes. et nous vous faisons découvrir ce pays merveilleux et sa culture chaque semaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *