CNUCED promeut la Corée du Sud au rang des pays développés

Bureau CNUCED a Genève
Bureau CNUCED à Genève

Cette semaine, un petit article. Mais qui parle d’un grand changement, pour la Corée bien sûr, mais aussi pour l’organisation onusienne.

Qu’est-ce que la CNUCED ?

Pour comprendre le fond de cet article, revenons sur la CNUCED. Qui sont-ils ? Où sont-ils? La CNUCED (Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement) est en Suisse, plus précisément à Genève. L’organisation fait partie du Secrétariat des Nations Unies. Ses principales fonctions sont de coordonner les forces de maintien de la paix, d’analyser et de rédiger des rapports sur l’environnement ou les droits de l’Homme, et d’organiser des conférences internationales.

L’organisation travaille principalement avec les gouvernements des États membres, tant au niveau régional que national et mondial. La CNUCED aide les pays à utiliser le commerce, les investissements et la technologie pour bâtir une économie mondiale intégrée et alignée sur le développement durable. Ils ont donc en charge également du classement des pays.

Son objectif

Les objectifs de la CNUCED sont : « aider les pays en développement à tirer le meilleur parti des possibilités de commerce, d’investissement et de développement qui s’offrent à eux et à s’intégrer de façon équitable dans l’économie mondiale ». Il comptabilisent 195 États membres, classés en quatre groupes. La Corée du Sud y a adhéré en mars 1964, période à laquelle le pays appartenait au groupe A. Ce dernier est composé des pays en développement d’Asie et d’Afrique. Elle rejoint désormais le groupe B qui comptabilise en 32 économies industrialisées. Les pays d’Amérique centrale et latine font partie du groupe C. Et la Russie et les pays de l’Est sont réunis dans le groupe D. Lors de son entrée en 1964, la Corée du Sud peinait toujours à sortir entièrement de sa pauvreté, causée par la colonisation japonaise de la péninsule et ce qui s’en est suivi, la guerre de Corée (1950-1953)

La fameuse promotion coréenne

La CNUCED, fondée en 1964 et qui est une organisation onusienne (l’ONU = Organisation des nations unies, fondée en 1945) a pour la première fois de son histoire, par le biais du CNUCED, promu un pays. Vous l’aurez deviné, le pays promu en question est nul autre que le Pays du Matin Claire. Celui-ci appartenait aux pays du groupe A avec les pays en développement d’Asie et d’Afrique. Mais depuis le 2 juillet 2021, la Corée du Sud a été reclassée en tant que pays développé. Une décision qui a été prise à l’unanimité par tous les pays membres. Depuis le 2 juillet 2021, le pays de la K-pop fait désormais partie du groupe B qui compte 32 économies industrialisées. Une place bien méritée et qui est sans doute le fruit du miracle économique coréen car depuis sa forte industrialisation, le Pays du Matin Calme, s’est concentré sur l’industrie de la connaissance.

De fait, la Corée du Sud était considérée comme un pays développé au sein de la communauté internationale. L’année dernière (2020), la Corée du Sud avait une économie qui pointait au 9ème rang mondial.

Et l’année d’avant (2019), au 10éme rang mondial (la France, quant à elle, figure au 6éme rang). Le revenu national brut par habitant en Corée du Sud a dépassé celui de l’Italie, membre du groupe des sept. C’est en octobre 2019 que Séoul a manifesté de façon significative son intention de renoncer au statut quel occupait jusque-là de pays en développement à l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Une nouvelle place, de nouveaux objectifs

Lee Tae-ho (이태호), ambassadeur de la Corée du Sud au bureau de la représentation à l’ONU, s’attend à ce que son pays joue dorénavant un rôle digne de son nouveau statut sur la scène internationale. Grâce à ce changement de position du Pays au Matin Calme, la Corée du Sud devrait également endosser de nouvelles responsabilités, tant liées à l’économie qu’aux valeurs communes ayant trait à la démocratie et aux droits de l’Homme.

Le président Moon Jae-in (문재인) s’est félicité d’une telle reconnaissance sur la scène internationale. Selon lui, « les Sud-Coréens peuvent en être fiers parce que cet exploit a été rendu possible grâce à leur sueur et leur sang. »

Sources

étudiant en design graphique et design industriel, passionné par la Corée sur toutes ses formes. et nous vous faisons découvrir ce pays merveilleux et sa culture chaque semaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *