La monnaie coréenne

Connaissez-vous la monnaie de Corée ? La monnaie coréenne est le won et comme nous, ils ont des billets et des pièces. Même si tout cela a tendance à se dématérialiser de plus en plus. Cet article va de pair avec un article sur les pièces coréennes, en complément de l’article sur les pièces coréennes et la signification du won. Voici les billets coréens et tous leurs mystères. 

Le billet de 50 000 wons

Shin Saim-dang (1504-1551), écrivaine, artiste et calligraphe de renom sur le billet de 50 000 wons en Corée du Sud

Pour le billet de 50 000 wons coréens, il s’agit de Shin Saimdang (신사임당, 1504-1551), considérée comme une mère modèle. C’était une poétesse, peintre et calligraphe coréenne de la dynastie Joseon. Elle est la mère de Yi I qui est l’homme du billet de 5000 wons. Shin Saimdang a été élevée par son grand-père maternel comme un fils. Cela a influencé sa façon d’éduquer les siens. Elle est surnommée la « mère sage » (어진 어머니).

Le billet de 10 000 wons

Le roi Sejong sur le billet de 10 000 wons

Pour le billet de 10 000 wons, il s’agit du roi Sejong le Grand (세종대왕, 1397-1450) qui est le quatrième roi de la dynastie coréenne Joseon (de 1418 à 1450). Il s’agit du fameux inventeur de l’écriture coréenne, le hangeul. Avant cette invention, le caractères chinois étaient utilisés pour écrire le coréen. Il a eu l’idée de génie de créer un tout nouveau système d’écriture afin de retranscrire phonétiquement le chinois de façon beaucoup plus simple. C’est grâce à lui que n’importe qui peut apprendre à lire le coréen en quelques heures seulement ! On lui attribue aussi l’invention d’une mesure des pluies, d’une horloge à eau et d’un cadran solaire.

Le billet de 5000 wons

Yi I sur le billet de 5000 wons

Pour le billet de 5000 wons, il s’agit de Yi I (이이), surnom Yulgok (율곡, 1536-1584). Il était en fait le fils de Shin Saimdang (la dame du billet de 50 000 wons) et qui était extrêmement intelligent. Guidé par sa mère dont l’éducation fut exemplaire, il savait lire et écrire le chinois à l’âge de 3 ans et maîtrisait ses leçons de confucianisme à l’âge de 7 ans. À 13 ans, il passe le gwageo (과거) qui était un examen de connaissance de caractères chinois, réservé aux personnes qui voulaient devenir experts en médecine, en traduction et en loi. Suite au décès de sa mère alors qu’il était âgé de 16 ans, il part à la montagne pour en faire le deuil et étudier le bouddhisme pendant trois ans et revient pour se consacrer au confucianisme. Il devient par la suite un philosophe, réformateur et politicien d’une grande importance auprès du roi.

Le billet de 1000 wons

Yi Hwang sur le billet de 1000 wons

Pour le billet de 1000 wons, il s’agit de Yi Hwang (이황, 1501-1570), surnom Toegye (퇴계). Il était un des autres hommes les plus intelligents que la Corée ait connus. Il était le professeur, puis par la suite rival de Yi I (l’homme du billet de 5000 wons). Lui aussi, enfant prodige, il apprend les Analectes de Confucius à l’âge de 12 ans et s’adonne à l’écriture de poèmes à l’âge de 18 ans. Il occupa de nombreux postes au sein du gouvernement : à l’âge de 48 ans, il avait occupé 140 postes et démissionné 79 fois !

Yi I fut notamment nommé Amhaengeosa ou « agent secret », afin de contrôler l’activité des gouverneurs de province pour voir s’ils étaient corrompus.

Vous pouvez suivre l’évolution des cours ici.

1 Comment
Laisser un commentaire