Aujourd’hui est un jour important en Corée : l’anniversaire du Bouddha ! Les rues brillent de lumières, de mille couleurs et de joie. Les Coréens font la fête : ils paradent, ils dansent et chantent aux sons de la musique.

Rendre hommage à Bouddha

ill. 1. Une grande lanterne du Petit Bouddha, mai 2019. D’après la tradition, juste après sa naissance, le Bouddha fit sept pas et sept fleurs de lotus poussèrent à chaque fois.

Seok Gatansinil (석가탄신일) signifie littéralement en coréen « anniversaire du Bouddha ». Il existe aussi un autre nom, Bucheonim osin nal (부처님 오신 날), qui veut dire « le jour où le Bouddha est venu ». A cette occasion, on rend hommage au Bouddha (563–483 avant J.C.), fondateur de cette philosophie qui est aussi une religion. On commémore autant sa naissance que son illumination et sa mort. C’est une fête mobile, réglée par le calendrier lunaire : elle tombe le 8ème jour du 4ème mois. Cette année, c’est le 12 mai.
La fête est joyeuse et spectaculaire. Des milliers de gens, habillés en hanbok (한복) ou d’autres vêtements traditionnels, participent aux activités en plein air. Il y a des prières, des jeux, des performances et des stands culinaires. En outre, les compositions des lanternes décorent les rues, ce qui crée des effets très impressionnants.
Ce jour-là, tous les temples bouddhistes offrent des repas et du thé gratuitement à tout le monde. Vous pouvez goûter le bibimbap (비빔밥), riz mélangé avec du bœuf, des légumes sautés et un œuf, dans une ambiance absolument festive !
Une semaine avant les célébrations majeures, il y a également le Festival des Lanternes de Lotus, Yeon Deunghoe (연등회), qu’il ne faut pas confondre avec le Festival des Lanternes de Séoul, Seoul Deung Chugje (서울 등 축제), organisé en automne. Les lanternes sont portées au cours d’une splendide parade le soir. Leur présence dans l’espace public représente une offrande symbolique. On offre de la lumière au monde entier, trop souvent rempli d’obscurité et de souffrance.

ill. 2. Le festival des Lanternes de Lotus, Yeon Deunghoe, mai 2019.

L’histoire

L’anniversaire du Bouddha est célébré dans la majorité des pays historiquement
bouddhistes. Son autre nom, Vesak (වෙසක්), vient de la langue singhalaise, parlée au Sri Lanka. C’est sous ce nom que la fête est désignée à l’international.
Les premières célébrations datent déjà de l’époque de Silla unifié (668-935).
Ensuite, au temps de Goryeo (918-1392), les gens commencèrent à organiser le festival des Lanternes de Lotus, Yeon Deunghoe, que l’on connaît à présent. Depuis lors, il est devenu un élément important de la culture coréenne.
Le roi Sejong le Grand (세종대왕, 1397-1450) appela ce festival « l’une des scènes représentatives de Séoul ». C’est le même souverain qui introduisit l’alphabet coréen, le hangeul (한글)

Le bouddhisme coréen

Le bouddhisme est l’une des religions enracinées dans l’histoire de la Corée, aux côtés de la plus ancienne qui est le chamanisme coréen. Apporté de Chine, il a été adopté comme une religion d’État à l’époque de Trois Royaumes (Ier siècle av. JC – VIIème ap. JC). Au cours des siècles, il se répandit en Corée comme un facteur unifiant pour la nation. Ce qui caractérise le bouddhisme coréen, c’est le seon (선), un équivalent du chán chinois (traditionnel : 禪 ; simplifié : 禅) et zen japonais (禅). En outre, il existe un courant Won (원불교, Won Bulgyo) et un ordre Jogye (조계). Le premier fonctionne comme « une version modernisée » de tout le système religieux. Le deuxième date déjà du IXème et se concentre sur de l’étude des sutras.

Une princesse mystérieuse

ill. 4. Une grande lanterne de la princesse
Heo Hwang-Ok, mai 2019.

Ici, il est essentiel de mentionner l’histoire de la princesse Suriratna, en coréen Heo Hwang-Ok (허황옥). Elle vint en Corée du royaume indien Ayodhya au Ier siècle. On retrouve son nom dans le Samguk Yusa (삼국유사), un ancien recueil des légendes et des faits historiques de la Corée. Après son arrivée, elle épousa le roi Suro (수로, I/IIème), un fondateur légendaire
de la ville-état Geumgwan Gaya (금관가야). Il est écrit qu’elle y apporta des objets
religieux bouddhistes. C’est une hyphothèse « perturbante » parce que ça veut dire que le bouddhisme aurait pu venir en Corée directement de l’Inde ! Autrement dit, sans l’influence
de la Chine qui dominait déjà la région !

ill. 5. Le Bouddha avec les fleurs de lotus.

Joyeuses fêtes de Seok Gatansinil à tous les Coréens ! Nous nous réjouissons
avec vous ! Que le Bouddha vous bénisse ainsi que tous ceux que vous aimez !

Un grand MERCI a gregomting pour les photos, n’hésitez pas à aller voir sa chaîne YouTube aussi.

Les illustrations :

ill. 1. Une grande lanterne du Petit Bouddha, mai 2019. D’après la tradition, juste après sa naissance, le Bouddha fit sept pas et sept fleurs de lotus poussèrent à chaque fois.
– ill. 2. Le festival des Lanternes de Lotus, Yeon Deunghoe, mai 2019.
– ill. 3. Les lanternes dans le temple Jogyesa (조계사) à Séoul, mai 2019.
– ill. 4. Une grande lanterne de la Princesse Heo Hwang-Ok, mai 2019.
– ill. 4. Une grande lanterne de la princesse Heo Hwang-Ok, mai 2019.
https://rove.me/to/seoul/lotus-lantern-festival-yeon-deung-hoe, 10.05.2019
– ill. 5. Le Bouddha avec les fleurs de lotus.
clipartkorea

Laisser un commentaire