Cet article en trois parties présente les modèles masculins et féminins dans la culture coréenne traditionnelle et moderne, analysés de la perspective jungienne. Nous avons déjà parlé de quelques concepts de Carl Gustav Jung en fonction de la Corée, les albums Map of the Soul : Persona et Map of the Soul : 7 de BTS. Cette fois-ci, nous utilisons la philosophie jungienne comme une méthode d’analyse pour décrouvrir la masculinité et son interaction avec la féminité d’une façon plus profonde.

ill.  SEQ ill. \* ARABIC 1. La personnification de l’anima et l’animus, l’élément masculin et féminin dans la pensée jungienne

Les archétypes jungiens

Carl Gustav Jung (1875-1961) en tant qu’élève et admirateur de son maître Sigmund Freud (1856-1939), continua les recherches sur la conscience et sa relation avec la culture. C’est lui qui a introduit le concept des archétypes dans la psychologie et la psychiatrie moderne, d’après lequel le fonctionnement des individus et des groupes est determiné par certains modèles universels, inséparables de la nature humaine.

Il existe plusieurs divisions ou regroupement des archétypes jungiens. Dans cet article, nous vous présentons une analyse générale des douze archétypes de personnalité. Ce sont :

  1. le dominant : c’est une personne forte et autoritaire, importante pour le collectif en tant que leader qui sait comment gérer les gens. Son but principal est de contrôler et d’être reconnu par la communauté.
  2. le créateur / l’artiste : c’est une personne avec une riche imagination qui a besoin de créer et d’animer les choses. Son esprit est particulièrement flexible et capable de visualiser les formes, les concepts et d’autres termes abstraits. Elle correspond avec le concept de l’homo-faber, c’est-à-dire « l’homme qui crée ».
  3. l’innocent : c’est une personne qui rêve souvent et désire d’être heureuse dans le sens général. Son adhésion aux idéals est forte, même utopique.
  4. le sage : c’est une personne qui possède une connaissance énorme et qui cherche la vérité sans cesse. Elle passe sa vie sur les études et les analyses profondes dont le but est de trouver une vraie image de la réalité, et des droits qui la déterminent.
  5. l’explorateur : c’est une personne qui correspond avec le concept de l’homo viator, ceci dit « l’homme-voyageur ». Elle a une nature vagabonde et décourve – explore – le monde grâce à ses longs voyages.
  6. le hors-la-loi : c’est une personne qui se positionne contre le système, n’importe quel qu’il soit. Elle croit que les règles et les droits existent seulement pour être violées car elles sont toujours une forme de répression.
  7. le magicien : c’est une personne « spiritualisée » qui attire et inspire les gens. Elle est souvent charismatique et trouve des solutions surprenantes en situation de difficulté. Elle croit en l’univers et toute la réalité invisible spirituelle.
  8. le héros : c’est une personne courageuse qui croit en capacités du corps et de l’esprit. Elle a besoin de rivaliser et de se battre dans la vie pour exister.
  9. l’amoureux / l’admirateur : c’est une personne qui tient beaucoup aux relations affectueuses et intimes avec d’autres gens. Elle souhaite d’aimer et d’être aimée avec une passion énorme.
  10.  le bouffon : c’est une personne qui vive dans le moment présent au sens propre du terme. Elle passe sa vie en faisant des blagues et se rit de tout, et de tous. Comme la vie est éphémère, la seule chose qu’on puisse faire est de s’amuser. Le bouffon correspond avec le concept de l’homo ludens, analysé par un historien néerlandais très connu, Johan Huzinga (1872-1945).
  11.  l’orphelin : c’est une personne « moyenne » dans le sens qu’elle n’a pas de qualités ni faiblesses particulières. La traduction française « l’orphelin » n’est pas très bonne parce qu’elle réduit l’espace sémantique de cet archétype et en plus, elle ne désigne pas son signification principale.
  12.  le gardien / le soignant : c’est une personne avec une grande empathie et compassion pour d’autres êtres vivants. Elle a besoin de soigner et aider pour exister. 

Les archétypes de personnalité peuvent se croiser ou se mélanger l’un avec l’autre. Cependant, dans les cas des modèles culturels, on parle du type qui domine un modèle concret et qui le détermine.Tous les modèles masculins présentés ci-dessous (à l’excéption de l’eunuque et du moine) sont basés sur l’une des vertues confucéennes, la piété filiale (en coréen : 효 hyo ; hanja : 孝). On pourrait dire que c’est une règle « bon fils – bon époux – bon père » qui définit trois rôles essentiels dans la vie de chaque homme et ses relations avec les aînés.

Ill.  SEQ Ill. \* ARABIC 2. Le modèle de douze archétypes de personnalité jungiens : l’innocent, le sage, l’explorateur, le hors-la-loi, le magicien, le héros, l’amoureux, le bouffon, l’orphelin, le gardien. Tous ces archétypes possèdent « leurs espaces d’activité » comme la libération pour le hors-la-loi et la connaissance pour le sage.

Le roi – le dominant

Le roi réalise l’archétype du dominant. Il se trouve dans une sphère du soi qui est son espace d’activité. Il partage certaines qualités avec le sage et le militaire, et de temps en temps avec le héros. En tant que souverain et le père de son peuple, il essaie de garder son autorité royale, la légitimité et la faveur des cieux. Il n’aime pas la désobeissance et l’arrogance car il les traite comme une attaque directe contre son ego.

Lettré confucéen – le sage

Le lettré confucéen réalise l’archétype du sage. Pareil que le roi, il se trouve dans une sphère du soi qui est son espace d’activité. C’est un érudit qui apprécie avant tout la conaissance, la sagesse et les études qui exigent des grands efforts. Il cherche de la vérité et des réponses dans les textes, surtout dans ceux des anciens maîtres. Le développement intellectuel est prioritaire pour lui.Le modèle du lettré confucéen vient du paradigme chinois wén (文), une contrebalance pour un autre qui s’appelle (武). Wén désigne toutes les valeurs intellectuelles et la connaissance de la littérature classique, considérées comme les meilleures et les plus crédibles sources cognitives à l’époque. Le sage étudie toute sa vie car l’apprentissage est un processus infini.

Eunuque – entre l’innocent et le bouffon

L’eunuque réalise partiellement l’archétype de l’innocent et du bouffon. Il se trouve entre la sphère de l’ego et du soi donc entres deux espaces d’activité. Comme un homme castré et considéré comme « incomplet », il eut l’accès aux chambres féminines à la cour royale. Il rêve de récuperer sa masculinité et sa sexualité pour remettre l’anima et l’animus à leur place. Cependant, il profite du moment présent pour participer aux intrigues de la cour.

ill. 6. Des personnages eunuques dans le drama coréen Love in the Moonlight (구르미 그린 달빛 Gureumi Geurin Dalbit, 2016)

Militaire – le héros

Le militaire réalise l’archétype du héros. Il se trouve dans une sphère de l’ego qui est son espace d’activité. Il est souvent un maître des arts martiaux.La culture militaire dans les pays confucéens a été particulièrement dévelopée. Cela vient du paradigme chinois , le même comparé avec wén dans le contexte du sage, d’après lequel le corps doit être en harmonie parfaite avec l’esprit, et les deux doivent être forts et entraînés. Le héros peut être un saveur des gens dans le besoin, mais ce n’est pas son devoir moral au sens strict.

ill. 7. La statue de l’amiral Yi Sun-sin (이순신, 1545-1598), Séoul

Maître-artisan – le créateur

Le maître-artisan réalise l’archétype du créateur. Il se trouve dans une sphère de l’âme qui est son espace d’activité. Cela peut être un artiste comme un peintre, un poète ou un calligraphe mais aussi un artisan comme un armurier. Il profite du potentiel créatif humain.

Moine – le magicien

Moine – le magicien

Le moine réalise l’archétype du magicien. Il se trouve dans une sphère du soi qui est son espace d’activité. Il perçois la réalité d’une perspective plus complexe. Il mène la vie méditative et contemplative.

D’habitude, ce fut un moine bouddhiste mais il y avait des prêtres taoïstes et des chamans également. C’étaient des autorités spirituelles locales où les gens cherchaient des conseils ou d’autres formes de l’aide.

ill. 9. Le portrait du moine Iryeon (일연, 1206-1289), Ingaksa temple, Gunwi-gun province, Corée du Sud

L’universalisme jungien

La philosophie jungienne permet d’analyser les phénomènes dans toutes le cultures grâce à son côté universel. Bien que Jung ait utilisé les termes et les concepts occidentaux, il a réussi à retrouver des liaisons pan-culturelles et à créer des modèles qui les expliquent. Cela montre qu’il existe des éléments anthropologiques, présents dans des traditions différentes et que le dialogue interculturel est possible.

ill. 10. Le premier mandala fait par Carl Gustav Jung

Les illustrations :

  • ill. 1. La personnification de l’anima et l’animus, l’élément masculin et féminin dans la pensée jungienne

https://staceyjenkins.ca/product/anima-animus-seminar-tues-march-19-2019-6pm-8pm/, 27.06.2020

  • ill. 2. Le modèle de douze archétypes de personnalité jungiens : l’innocent, le sage, l’explorateur, le hors-la-loi, le magicien, le héros, l’amoureux, le bouffon, l’orphelin, le gardien. Tous ces archétypes possèdent « leurs espaces d’activité » comme la libération pour le hors-la-loi et la connaissance pour le sage.

https://www.researchgate.net/figure/Jungian-archetypes-Neill-2018_fig8_334442286, 27.06.2020

  • ill. 3. Le roi Sejong le Grand (세종대왕 Sejong Daewang, 1397-1450), dynastie Joseon

http://koreanforinternauts.blogspot.com/2017/08/83-bean-sprouts.html, 27.06.2020

  • ill. 4. Le portrait du lettré et l’officiel Yun Bong-gu (윤봉구), Byeon Sang-byeok (변상벽), 1750

https://collections.lacma.org/node/199451, 27.06.2020

  • ill. 5. Les lettrés du seonbi (선비) en train d’écrire un poème, Kang Hee-eon (강희언), XVIIIème siècle. Le seonbi fut un groupe de lettrés, retirés de l’administration et destinés à servir à la population.

http://www.antiquealive.com/Blogs/Seowon_Korean_Confucian_College.html, 27.06.2020

  • ill. 6. Des personnages eunuques dans le drama coréen Love in the Moonlight (구르미 그린 달빛 Gureumi Geurin Dalbit, 2016)

https://www.ytn.co.kr/_ln/0105_201805091034549545_, 27.06.2020

  • ill. 7. La statue de l’amiral Yi Sun-sin (이순신, 1545-1598), Séoul

https://en.wikipedia.org/wiki/Statue_of_Admiral_Yi_Sun-sin#/media/File:Yi-Sun-sin.jpg, 27.06.2020

  • ill. 8. L’autoportrait du peintre Kim Hong-do, Kim Hong-do (김홍도, 1745-1806/1814), appelé aussi Danwon (단원)

https://en.wikipedia.org/wiki/Gim_Hongdo#/media/File:Kim_Hongdo.jpg, 27.06.2020

  • ill. 9. Le portrait du moine Iryeon (일연, 1206-1289), Ingaksa temple, Gunwi-gun province, Corée du Sud

http://encykorea.aks.ac.kr/Contents/Item/E0047280#, 27.06.2020

  • ill. 10. La premier mandala fait par Carl Gustav Jung

https://cdn.fractalenlightenment.com/wp-content/uploads/2013/05/carl-jung-first-mandala.jpg, 28.07.2020

Laisser un commentaire